Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par union locale solidaires Saint-Denis

VincentPEillon.jpg

 

Parlons de l’école primaire…

 

- Depuis 10 ans, 80000 postes d’enseignant-es ont été supprimés.

- Les postes des enseignant-es des RASED ont été décimés.

- L’aide personnalisée  (des heures supplémentaires pour les «  pas bons  ») a été instaurée, pour remplacer les enseignant-es spécialisé-es. Personne pour nous former à la difficulté scolaire.

- Mise en place des évaluations nationales en CE1 et CM2, pour classer les écoles, les enfants et les enseignants. Ca a créé du stress, du bachotage, mis des élèves en échec,…

- Instauration du fichage généralisé de l'enfance, avec le fichier Base élèves, le Livret Personnel de Compétences, résultats des évaluations nationales,...

- Instauration de la semaine de quatre jours, qu’on nous a fait passer pour du mieux, sans aucune concertation

- Fin du travail en équipe, des projets, qui faisaient la base de notre métier. On n’a plus le temps, on ne se voit plus entre collègues.

- Programmes de 2008, beaucoup trop denses et totalement réducteurs au lire-écrire-compter. Tout ce qui nous parait important (ouverture culturelle, activités sportives, temps de réflexion,…) est quasi inexistant dorénavant.

- Fin des classes à PAC (Projets culturels subventionnés).

- Insultes de nos ministres (faiseurs de siestes, changeurs de couches, fainéants, privilégiés, corporatistes).

- Diminution dramatique des médecins scolaires, des infirmiers scolaires,…

- Considérés comme étant une charge pour l’Etat.

- Augmentation régulière des effectifs dans les classes (jusqu’à 35 enfants dans certaines écoles).

- Fin programmée des ZEP et de l'éducation prioritaire.

- Intégration généralisée des enfants handicapés, sans formation et avec trop peu d’aides.

- Intégration des enfants non francophones, sans aide de personne, sans formation, sans apports sur la culture de ces enfants.

- Fermeture des classes spécialisées pour ces enfants.

- Enfants Rroms interdits d’écoles dans certaines communes. Parfois, leurs classes sont transférées dans des locaux extérieurs (gymnase,  commissariat de police).

- Salaire gelé depuis 3 ans et en baisse depuis plusieurs années.

- Brimades de plus en plus fréquentes de nos chefs. Instauration d'une culture de l’entreprise et du chef dans nos écoles.

- Invention d'un imaginaire devoir de réserve, pour mieux nous faire taire.

- Restriction de nos droits, avec la mise en place du service minimum, les déclarations préalables de grève, la journée de carence,…

- Plus besoin de se former pour être enseignant, avec la suppression des IUFM et la fin de la formation continue.

- Sacrifice des jeunes collègues stagiaires, balançé-es seul-es dans des classes, sans formation et très peu de suivi.

- Manque cruel de remplaçant-es.

- Age de départ à la retraite qui passe de 55 à 60 ans et annuités de 37,5 à 42.

- Jamais consulté-e, ni entendu-e sur aucun sujet qui touche notre métier.

- Discours qui nous demande de faire mieux avec moins.

- Et gazage devant le ministère à la fin d’une manifestation.

 

Et notre ministre nous demande de faire un peu d’efforts, parce qu’il est le ministre des enfants  !


Il est sérieux  ????????

Eric Charles, instituteur à Champigny

Commenter cet article