Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par union locale solidaires Saint-Denis

Lire l'article du 8 octobre appelant à la mobilisation

 

Le 18 octobre, s’est tenu à 13 h l’audience du Tribunal correctionnel de Bobigny, devant lequel le secrétaire  départemental de SUD CT 93 était assigné par le maire de Bondy et son chef de la police municipale.


De nombreux camarades étaient venus l’accompagner, de SUD CG 93 bien sur, mais aussi des sections du syndicat départemental SUD CT 93 (Aulnay, Bondy, Montreuil, St Denis, etc…) Solidaires 93 était aussi bien représenté. A noter la présence chaleureuse des camarades de Sud Education 93 avec lequel se développe une importante action revendicative au sein des EPLE (collèges) du département, mais aussi des camarades de SUD CT Vitry qui étaient venus en force.


Environ 80 militants syndicaux étaient présent devant la porte du TGI. De nombreux syndicats ou sections ont envoyés des messages de soutien, Sud CT 95, 78, de la fédération Sud CT, etc .
A l’intérieur, devant la 14ème chambre, 20 camarades entouraient Fabien et son avocate, attentifs aux exposés des parties civiles, du procureur et du défenseur de notre camarade. L’avocate des parties civiles (maire et chef de la police étant absent) a laborieusement plaidé en demandant un forte indemnisation pour dommage et intérêt pour le chef de la police et 1 € de DI pour le maire de Bondy.
Notre camarade a expliqué les faits revenants sur les qualificatifs «de pervers, maltraitance, etc …» en précisant les faits qui justifiaient ces qualificatifs et les plaintes qui furent déposées par les agents.
Le procureur de la république a plaidé la relaxe de notre camarade concernant la plainte du Maire estimant que la diffamation n’était pas constituée.
Concernant le chef de la police il en revanche estimé que les propos étaient excessifs même s'ils étaient étayés par des plaintes : selon lui, notre camarade aurait du écouter «un autre son de cloche» et écouter le point de vue du «chef de la police». Un comble, les syndicalistes devraient selon lui se transformer en juges et, avant de rédiger un tract, écouter le défenseur du harceleur.
Par ailleurs, le tract de la section ayant été repris et diffusé sur le Blog de l’opposition de Bondy à l’insu du syndicat, le syndicat serait quand même responsable de cette diffusion selon ce même procureur. Il convient de se poser la question : pourquoi les plaignants n’ont pas assignés ce blog ?
L’avocate de SUD CT 93 a été particulièrement pugnace et offensive, défendant point par point, démontrant que c’était la liberté de l’action syndicale, et la liberté de rédiger et de diffuser un tract en application de l’article 10 du décret du 3 avril 1985 (droit syndical de la FPTerritoriale) qui étaient en jeu.


Les décisions sont mises en délibéré au 20 décembre.

 

Ci-dessous, quelques photos du rassemblement

Tribunal-Bobigny-18.10.12-12.JPG

Tribunal-Bobigny-18.10.12-16.JPG

Tribunal-Bobigny-18.10.12-08.JPG

Tribunal-Bobigny-18.10.12-07.JPG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article