Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par UL SUD Solidaires Saint-Denis

Les habitants de l'immeuble du 168 avenue du Président Wilson en ont été expulsés le 25 août 2016. Ils ont perdu leurs affaires personnelles et leurs biens qui sont restés murés dans l'immeuble et il n'y a eu aucune proposition d'hébergement pour qui que ce soit, pas même pour les personnes en grande fragilité, famille avec enfants, mineurs isolés, personnes malades...

Ils ont campé pendant 3 mois pour faire reconnaitre leurs droits, en face de l'immeuble du 168, dans le square situé au dessus de l'autoroute. Le 16 décembre, La police a démanteler leur campement dans le même temps qu'elle intervenait contre celui des réfugiés installé à proximité.

 

Chassés de leur immeuble ils ont donc été chassés de la rue. La préfecture a eu le cynisme de les renvoyer au 115 individuellement sachant pertinemment que ce service ne peut faire face à la situation. Un rapport de l'observatoire du 115 reconnait que plus des 2/3 des demandes n'ont pas été satisfaites en 2016. Ce que sait parfaitement le préfet.

 

 Les habitants expulsés ont été hébergés par l'église catholique de Saint-Denis dans une salle paroissiale pendant 5 jours. Puis le Parti Communiste les a accueilli dans son local dionysien. Mais ces gestes de solidarité ne pouvaient être des solutions d'hébergement durables. La préfecture se refusant explicitement à faire respecter le droit de chaque personne à un hébergement décent, les habitants expulsés n'ont eu d'autres solutions que d'occuper un immeuble vide pour se mettre à l'abri.

 

 L'hiver est là. Pour faire face aux conditions météo rigoureuses, les habitants se sont installés par nécessité, depuis le 20 décembre 2016, dans un hôtel de la Plaine désaffecté et vide depuis 2 ans, l'Hôtel du Cheval Blanc, situé au 99 de l'avenue Wilson à la Plaine Saint-Denis.

 

Cet hôtel a longtemps servi à l'hébergement des mal logés envoyé par le 115, le gérant recevant des pouvoirs publics des sommes très importantes pour chaque famille hébergée, bien au delà d'un loyer normal. Il est parfaitement anormal que l'Etat ne soit pas intervenu pour le réquisitionner et continuer ainsi à y héberger les personnes à la rue. D'autant que la société gestionnaire est en liquidation judiciaire et l'immeuble vide.

 

Les associations et organisations solidaires des habitants du 168 appellent à les soutenir et continuent d'exiger un hébergement décent pour toutes et tous.

 

Saint-Denis, le 14 janvier 2017

Le 168 après expulsion et incendie...

Le 168 après expulsion et incendie...

Commenter cet article