Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Union locale Solidaires Saint-Denis

Sous couvert de motifs d’ordre sanitaire, une opération d’expulsion massive de migrant·es a eu lieu le mardi 2 juin à Paris. 

Survivants depuis des mois dans les conditions les plus indignes sous les voies aériennes du métro Porte de la Chapelle, plus de trois cent migrant·es ont été, après un tri déterminant si leur situation relevait du droit d’asile ou non, soit déplacé·es pour une centaine de personnes en dehors de Paris sur des structures d’hébergement, soit pour la majorité considéré·es uniquement comme étant en situation irrégulière et donc indésirables, dispersé·es et rejeté·es à la misère et à la rue. 

Désormais privé·es même de leurs habitats de fortune, elles·ils se retrouvent totalement démuni·es, la plupart ne possédant que les seuls vêtements qu’elles·ils portent. Leurs tentatives les jours suivants de trouver refuge à l’église Saint-Bernard puis dans le square proche ont été brisées par les policiers qui sont intervenus violemment, allant jusqu’à les menacer de recourir à des chiens. 

Avec les chiffres des expulsions du territoire présentées comme de bons résultats, la continuité des politiques de régularisation à la discrétion des préfets et au cas par cas, le refus d’accueillir les réfugié·es des conflits autour de l’Europe, de telles opérations coup de poing à Paris, à Calais ou ailleurs, ordonnées par le gouvernement Hollande/Valls haussent encore plus la politique d’hostilité à l’encontre des étranger·es et de mépris des droits de l’homme. 

La France et les autres états européens ont les moyens d’organiser l’accueil de celles et ceux qui doivent fuir leur pays en guerre ou quitter leur famille pour espérer trouver de meilleures conditions de vie, de travail et un avenir. 

Mais malgré l’horreur devenue quotidienne des naufragé·es et des disparu·es lors des traversées de la Méditerranée, les institutions européennes entendent désormais poursuivre la guerre aux migrant·es, bien plus que par la précarisation de leurs droits et de leur vie, en projetant d’intervenir militairement par delà les frontières maritimes de l’Europe... Et au gouvernement français d’affirmer au mois de mai devant le Conseil européen son refus d’un projet de répartition entre les Etats membres des réfugié·es parvenu·es sur l’espace européen. 

L’Union syndicale Solidaires condamne ces opérations, appelle à soutenir les mouvements de solidarité et de soutien à toutes et tous les migrant·es, réfugié·es, demandeur·euses d’asile, et exige la fin de toutes les mesures xénophobes de refoulement, de mise en rétention, d’éloignement et d’expulsion, pour une politique migratoire d’accueil et d’hospitalité respectueuse des droits fondamentaux. 

Paris, le 6 juin 2015,

 
 
Solidaires condamne l'expulsion des migrant-es à Paris

Commenter cet article