Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Union locale Solidaires Saint-Denis

L'UL Solidaires Saint-Denis relaie le travail effectué par le mouvement pour le planning familial (MFPF) de Seine-Saint-Denis (contact) à sur les conditions pour avoir accès à l'avortement dans le département. Il y a de quoi être inquiet de la situation comme le montre les conslusions de l'enquête. 

L'UL Solidaires défend la liberté des femmes de disposer de leur corps et le droit à l'avortement.

 

 

L'enquête au format PDF (19 pages)

Les conclusions de l'enquête :

 

DENONCIATIONS
Suite aux résultats de l’enquête 2014, le MFPF 93 dénonce :


1- L’augmentation des difficultés d’accès aux services IVG :
- standards téléphoniques surchargés qui laissent les appels sans réponse,
- standards téléphoniques avec numéros d’appel surtaxés, qui peuvent décourager les femmes de patienter lors des mises en attente,
- standards vocaux énonçant trop souvent tous les services sans jamais évoquer l’avortement, amenant les femmes à raccrocher sans pouvoir parler à un secrétariat.


2- Les délais toujours trop longs (de 2 à 5 semaines en moyenne) pour obtenir la réalisation d’un avortement, à partir du premier contact avec l’établissement de santé, rendant très difficile l’obtention d’une IVG lorsqu’une femme appelle entre 12 et 14 semaines d’aménorrhée.


3- Une opacité de plus en plus grande des informations obtenues au téléphone, mettant les femmes dans l’insécurité concernant :
- la certitude de la réalisation de l’IVG,
- le coût final restant éventuellement à leur charge, malgré le remboursement à 100% de l’IVG (la base de remboursement étant en fait le forfait sur lequel il est difficile d’avoir une vision claire, car il semble en pratique variable dans les établissements),
- la garantie du secret de l’IVG quand elles le demandent.


4- La non application de la loi concernant :
- les mineures: des cliniques exigent encore la présence des parents. Dans de nombreux établissements, c’est l’interprétation abusive de la loi concernant le nombre de consultations nécessitant la présence de l’accompagnant majeur qui rend difficile, dans la pratique, l’IVG d’une mineure,
- le choix de la méthode, en fait dictée par les questions économiques et d'organisation des services.
Le MFPF 93 dénonce plus largement le remboursement sur la base d’un forfait:
- dans la pratique, les actes compris dans ce forfait ne sont pas tous réalisés au sein de l’établissement ce qui ne permet pas le remboursement à 100 % des frais engagés, réalisés à l'extérieur.
- Par ailleurs, ce remboursement par forfait ne permet pas non plus la prise en charge à 100% de tous les actes nécessaires à la bonne et entière réalisation de l’IVG.

Réalités de l'accès à l'avortement dans le 93 : l'enquête du planning familial

Commenter cet article